Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Le Temps : Le fol engouement pour l’art brut

Le Temps : Le fol engouement pour l’art brut

le 7 novembre 2018

Désencombré de toute volonté de plaire, l’art brut connaît depuis dix ans un succès croissant auprès du public. Il faut peut-être voir là un retour de balancier, en cette période de crise, en faveur d’un art du mystère et de l’intériorité, éloigné des dérives plus cérébrales de la création contemporaine

S’intéresser à l’art brut, cet art «spontané et fortement inventif» créé par «des personnes obscures, étrangères aux milieux artistiques professionnels», selon la définition de Jean Dubuffet, son inventeur, était considéré comme ringard dans les années 1980. La donne s’est inversée progressivement au cours des deux décennies suivantes. Et un nouveau palier a été atteint autour de 2010-2013, années pivots à partir desquelles le processus de reconnaissance s’est encore accéléré.

En 2018, aimer l’art brut est devenu tendance. Tous les clignotants sont, aujourd’hui, au vert: création de nouveaux musées spécialisés, multiplication des expositions, entrées dans de grands musées d’art moderne et contemporain, progression de la fréquentation des espaces qui lui sont dédiés, envolée des prix sur le marché de l’art.

Lire la suite sur Le Temps