Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Télérama : Les chaînes d'info fonctionnent comme un cerveau traumatisé

Télérama : Les chaînes d'info fonctionnent comme un cerveau traumatisé

le 25 mars 2016

[Télérama] Des images anxiogènes qui tournent en boucle, des interviews de victimes sous le choc… Pour la psychologue spécialiste du trauma Marianne Kedia, les médias couvrent les attentats sans aucun recul ni la moindre analyse.

Spécialiste du trauma, la docteur en psychologie Marianne Kedia critique sans ménagement la couverture médiatique des attentats. Selon elle, les chaînes de télé devraient cesser d'interroger des victimes, d'évidence pas en état de maîtriser leur image et leurs propos. Elles seraient par ailleurs bien avisées de revoir leur couverture des attentats, dont le mode de traitement génère inutilement beaucoup d'anxiété chez les téléspectateurs.

D'abord, je trouve extrêmement problématique que des victimes, en état de choc, couvertes de sang et de poussière, soient interviewées. Dans ces instants-là, elles ne sont pas en état de maîtriser leur image et leurs propos. Derrière mon petit écran, je suis surprise de voir autant d'images volées : des hommes et des femmes qui pleurent, des enfants qui hurlent sur les rails du métro… Pourquoi leurs visages ne sont-ils pas floutés ? Leur a t-on demandé l'autorisation de les montrer sur les télévisions du monde entier ? Et quand bien même l'aurait-on fait, ce dont je doute, sont-elles en état de prendre une décision sereine ? Evidemment non. Cela soulève de graves questions d'éthique.

Source Télérama