Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > The Conversation : L'activité physique et la psychothérapie, aussi efficaces pour préserver sa santé mentale en cas de maladie chronique

The Conversation : L'activité physique et la psychothérapie, aussi efficaces pour préserver sa santé mentale en cas de maladie chronique

le 14 juin 2018

Les personnes touchées par une maladie chronique, comme un diabète, une bronchopneumopathie chronique obstructive, une lombalgie ou un cancer, doivent affronter un quotidien parfois difficile. Celui-ci peut être source d’anxiété, ou entraîner une dépression.

Pour les aider à préserver leur santé mentale, différentes alternatives aux médicaments leur sont couramment proposées. Parmi celles-ci, des psychothérapies comme la thérapie cognitive et comportementale, ou encore du sport, dans une version adaptée à leur pathologie, qu’on qualifie « d’intervention d’activité physique ».

Notre équipe du département des sciences de l’activité physique, à l’Université du Québec à Montréal , en association avec l’université de Montpellier  et l’université de Lyon, a décidé de vérifier si la combinaison des deux se soldait par une plus grande efficacité. L’analyse des articles scientifiques disponibles sur la question nous a permis de publier en mai une méta-analyse  dans la revue Health Psychology . La conclusion est négative, incitant les patients à se tourner, au choix, vers la thérapie ou vers l’activité physique.

Lire la suite sur The Conversation