Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > What's Up Doc : Les jeunes médecins s'interrogent sur leur santé psychique

What's Up Doc : Les jeunes médecins s'interrogent sur leur santé psychique

le 24 mars 2017

[What's Up Doc] Alors que la sortie du livre "Omerta à l’hôpital" de Valérie Auslender a remis le sujet à l’ordre du jour, le quatuor des syndicats juniors (Anemf, Isni, Isnar-IMG et Inscca) a lancé une enquête sur la santé mentale des jeunes médecins. Le Dr Ludivine Nohales, CCA en psychiatrie à Lyon et vice-présidente de l’Inscca, nous explique pourquoi il faut y participer.

What's up Doc. Comment est née cette enquête sur la santé mentale des jeunes médecins ?

Ludivine Nohales. Tout est parti d’une enquête de l'Ordre, qui a voulu interroger la santé générale des jeunes médecins. Les résultats sur la santé psychique n’étaient pas brillants, alors on s’est emparé du sujet. Tant qu’on aura pas une topographie précise de comment vont les jeunes médecins, on ne sera pas entendus.

WUD. Quels sont vos objectifs?

LN. L’idée, c’est de savoir ce qu’il se passe à l’hôpital, comment vont les jeunes médecins qui y travaillent et y étudient. Ce qui est intéressant, c’est que les quatre syndicats jeunes ont travaillé main dans la main sur cette enquête. On s’adresse donc à une population allant de l’étudiant au jeune médecin, sans distinction de spé ou de région. C’est la première étude nationale de cette ampleur.

WUD. Le sujet de la souffrance au travail chez les soignants est actuellement assez présent dans les médias. L’enquête s’inscrit-elle dans cette démarche?

LN : Effectivement, de plus en plus de personnes tire la sonnette d’alarme, et c’est tant mieux. Avant, ce n’était pas dit, ou pas entendu. C’est vrai qu’un sujet comme le burn-out a maintenant largement dépassé la sphère spécialisée.

WUD. Un conseil pour les jeunes confrères en difficulté ?

LN. Pour toute souffrance à l’hôpital, il faut se rapprocher des syndicats, qui garantissent un soutien et anonymat. L’enjeu, c’est de déstigmatiser la souffrance psychique. D’autant plus qu’en tant que médecins, nous sommes une population à risque !

Participez à l'enquête

Source What's Up Doc