Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Action : Cap Excellence en Guadeloupe installe son Conseil local en santé mentale

Action : Cap Excellence en Guadeloupe installe son Conseil local en santé mentale

le 16 novembre 2016

[France Antilles] En plus de l'Agence régionale de santé (ARS), le Département et la préfecture déjà signataires du Contrat local de santé, d'autres partenaires ont signé avec la communauté d'agglomération, la charte et la convention du Conseil local en santé mentale.

Après avoir signé son Contrat local de santé, le 5 novembre 2014 (1), en faisant de la santé mentale une de ses six priorités, et organisé une formation-action santé mentale d'une semaine en février, la communauté d'agglomération a installé, au centre culturel de Sonis aux Abymes, son Conseil local en santé mentale (CLSM).La signature d'une charte par une vingtaine de partenaires concrétise une volonté de Cap Excellence d'avoir une approche de la santé mentale décloisonnée et territorialisée. « C'est un moment très important pour Cap Excellence car nous travaillons depuis novembre 2015 sur la mise en place du CLSM, souligne Suzelle Séville, 5e vice-présidente de Cap Excellence, présidente déléguée de la commission affaires sociales et santé. Nous signons avec plus de 14 partenaires présents, et la liste est en train d'être complétée pour que nous puissions bien quadrillés tout le territoire des Abymes, Baie-Mahault et Pointe-à-Pitre. » La mise en place du CLSM intervient après un état des lieux réalisé depuis plusieurs années. « Avec l'ensemble des informations récoltées, nous disons que nous sommes prêts, assure la présidente déléguée. Nous pouvons signer avec les différents partenaires pour cadrer les actions à venir. Nous allons en mettre en place rapidement. »Une première action fin octobrePour Patrice Richard, le directeur général de l'Agence régionale de santé, le lancement du CLSM est une étape décisive. « La santé mentale est un sujet prioritaire d'une façon générale au niveau national mais aussi localement. Le Conseil local de santé mentale est l'instance où tous les partenaires se mettent autour de la table pour recenser les problèmes de santé mentale. Ça peut même être la gestion d'un cas complexe qui pose problème à la psychiatrie, au maire, aux associations. On se réunit et on essaie de trouver les meilleures solutions. »La première action dans le cadre du fonctionnement du CLSM est prévue dès la fin de ce mois. Il s'agira d'une réunion avec l'ensemble des associations du secteur de Henri IV, à Pointe-à-Pitre, où la parole leur sera donnée. Ces acteurs de la vie associative pourront alors dire quels sont leurs problèmes d'encadrement. De son côté, Cap Excellence indiquera quelles aides la communauté d'agglomération peut leur apporter.Source France Antilles