Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Article : Huit villes dont Lille planchent sur l'alcool dans la nuit urbaine

Article : Huit villes dont Lille planchent sur l'alcool dans la nuit urbaine

le 26 février 2016

[HUB Santé] La ville de Lille s'est engagée, avec sept autres, dans un projet sur la réduction des risques liés à la consommation d'alcool en ville, et notamment en soirée, piloté par les Forums français et européen de la sécurité urbaine (FFSU et EFUS). Il vise à imaginer les moyens de contenir la consommation d'alcool pour des raisons de santé et de sécurité publiques.

Les huit villes sur lesquelles porte le programme -Besançon, Bordeaux, Brest, Lille, Lorient, Marseille, Nantes et Paris- ont ceci de commun que les lieux de convivialité populaire (cafés, estaminets, cabarets...) s'y sont développés précocement et qu'elles associent une attractivité touristique et une vie étudiante importantes, explique Franck Hanoh, adjoint au maire de Lille chargé de la prévention de la délinquance, de la vie nocturne, de la sécurité et de la médiation. Toutes ces villes accueilleront aussi des matchs de l'Euro 2016 de football... Dès que l'appel à projet, soutenu la Mission interministérielle à la lutte contre les drogues et des conduites addictives (Mildeca), a été lancé, l'élu lillois a souhaité y inscrire la ville.

Visites

Le principe : chaque ville participante reçoit une délégation composée d'élus des autres villes, de membres de la Mildeca et du FFSU, experts en matière de vie nocturne. Lors de chaque déplacement, la délégation se rend en soirée dans les quartiers et lieux festifs. Les élus des villes participantes effectuent deux visites dans d'autres villes : ceux de Lille iront ainsi à Bordeaux et à Nantes. Il s'agit d'étudier la manière dont les villes font face aux problèmes liés notamment à l'alcoolisation massive des jeunes dans la ville, notamment au travers de leurs politiques « de la nuit » locales.

« Notre but, c'est de faire un état des lieux, une sorte de carte d'identité de chaque site sur les problématiques liées à l'alcool, l'axe principal, et à la vie nocturne » , souligne Franck Hanoh. Face à l'alccolisation massive, il en attend par exemple une meilleure connaissance des pratiques afin de définir des messages préventifs qui ne soient « ni ringards ou ni normatifs, car c'est contre-productif  », précise-t-il. L'élu attend aussi de cette étude des pistes pour travailler sur les ambiances et les temporalités de la nuit et des usages de consommation nocturnes. « Gérer une ville c'est s'assurer que ceux qui le souhaitent peuvent y faire la fête et que les autres puissent y dormir. Il faut que la fête soit belle mais aussi sécurisée. L'alcool fragilise en effet les publics nocturnes.  »

Source HUB Santé