Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Témoignage : Pair Aidance - Être considéré comme un modèle de rétablissement

Témoignage : Pair Aidance - Être considéré comme un modèle de rétablissement

le 4 mai 2016

[Blog Solidarités Usagers Psy] Être censé représenter un « modèle » de rétablissement, cela peut être lourd à porter. Déjà, en temps ordinaire, quand une personne lambda a des attentes fortes sur elle dans un contexte professionnel, attentes liées à ses compétences professionnelles et à sa fonction, ce qu’on conçoit d’ailleurs comme légitime, ça peut être lourd. Et donc facteur de stress potentiel.

Mais quand ces attentes se portent sur un savoir « expérientiel », et donc sur ce qu’on est fondamentalement, je pense que cela peut être encore plus lourd. Comment être à la hauteur dès lors qu’on passe par des phases où on va moins bien ? Comment ne pas se dire qu’on va décevoir, voire pire encore faire perdre espoir à certains usagers, dès lors qu’on vit une rechute ?...

Dans un contexte professionnel, si on déçoit par ses compétences, ok, ça peut être difficile à vivre, mais on peut aussi se dire que ces compétences, on va les travailler pour les améliorer. Idem si la déception est en rapport avec des éléments de personnalité, un problème d’intégration au sein d’une équipe par exemple, on sait qu’on peut là aussi s’améliorer, apprendre à mieux gérer le relationnel par exemple, être plus diplomate, moins frontal, faire progresser son écoute, sa patience, etc.

Mais – dès lors que la déception vient du fait que les symptômes de la maladie réapparaissent, voire s’aggravent – comment réagir ? Que peut-on y faire ?

Source Blog Solidarités Usagers Psy

Retrouvez un témoignage sur la même thématique sur BlogSchizo : Un pair-aidant, pas un modèle