Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé > Article : Ces médecins qui développent des thérapies en réalité virtuelle

Article : Ces médecins qui développent des thérapies en réalité virtuelle

le 7 mai 2018

La réalité virtuelle n'est pas qu'une affaire de gamers. Dans le domaine médical, les expériences VR servent à soulager les peurs irrationnelles, les douleurs chroniques, les personnes en rééducation... Pour concevoir les simulations qui permettront d'aider leurs patients, les médecins n'ont d'autre choix que mettre la main à la pâte virtuelle, aux côtés de professionnels du développement en VR.

Les psychiatres se mettent à l'écriture de scénario, les kinésithérapeutes goûtent à la gamification et les dentistes découvrent le level design. Un mélange des disciplines qui emprunte tant à l'expérience qu'à l'imagination.

Prenons le cas des phobies, le trouble le plus traité par la VR. « La première publication sur le traitement de la peur des hauteurs, des avions et des araignées par la réalité virtuelle date de 1995. Au fil du temps, on retrouve des troubles anxieux de plus en plus compliqués comme les stress post-traumatiques ou la phobie sociale. Cela fonctionne très bien sur les phobies spécifiques. Elle est également utilisée pour les troubles du comportement alimentaire entraînant une dysmorphophobie et les addictions »  détaille Fanny Lévy, médecin psychiatre à l’hôpital parisien La Pitié-Salpêtrière et co-fondatrice de My Reve, une start-up qui développe une plateforme de programmes thérapeutiques pour se soigner sa phobie grâce à la VR sans consulter de médecin.

Pour la dysmorphophobie, les patients évoluent dans des personnages virtuels de proportions différentes qui les renvoient à la réalité de leur propre corps. Les patients soignant leur addiction sont plongés dans des univers où la consommation de substances est tentante. Des essais réalisés avec des schizophrènes ont montré des résultats encourageants, en particulier pour la phase de dialogue avec un avatar représentant leurs hallucinations acoustico-verbales.

Lire la suite sur Vice