Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Entretien : "Dans la culture occidentale, la colère des femmes a toujours été associée à la folie, à l’inaptitude à raisonner"

Entretien : "Dans la culture occidentale, la colère des femmes a toujours été associée à la folie, à l’inaptitude à raisonner"

le 15 octobre 2018

Trois questions à l’essayiste américaine Soraya Chemaly, directrice de mission au Women’s Media Center, une organisation féministe fondée aux Etats-Unis en 2005.

Soraya Chemaly est essayiste, et écrit dans le magazine TimeThe Guardian , ou encore The Atlantic . Elle est directrice de mission au Women’s Media Center, une organisation féministe fondée aux Etats-Unis en 2005. Elle est aussi l’auteure de Rage Becomes Her : The Power of Women’s  Anger (Atria Books, 400 pages, non traduit).

Plusieurs livres sur le pouvoir de la colère des femmes ­sortent en même temps. Sommes-nous en train de changer de regard sur la question ?

Dans la culture occidentale, la colère des femmes a toujours été associée à l’irrationalité, à la folie, à l’inaptitude à raisonner. Pour les hommes, c’est différent : elle est entendue comme une vertu. Lors de l’élection présidentielle américaine de 2016, Donald Trump et Bernie Sanders pouvaient ainsi monter sur scène et ­taper sur leur pupitre avec l’air enragé. Hillary Clinton, en revanche, devait rester calme, sous contrôle, et elle en a payé le prix – elle a été jugée « inauthentique ».

Lire la suite sur Le Monde