Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Post de Blog : Le suicide, parlons-en, mais pas n’importe comment !

Post de Blog : Le suicide, parlons-en, mais pas n’importe comment !

le 8 avril 2019

Le suicide est une thématique délicate. Longtemps resté tabou, on sait aujourd’hui qu’il est essentiel d’en parler, pour encourager les personnes concernées à sortir du silence. Mais cela nécessite certaines précautions, car la recherche scientifique a montré qu’il peut y avoir un effet incitatif, suivant la façon dont ce sujet est abordé.

Comment fonctionne cette influence, dit « effet Werther » ? Comment peut-on, au contraire, favoriser un effet préventif ? Léonore Dupanloup, chargée de prévention médias à STOP SUICIDE vous propose un tour d’horizon de la question.

Du jeune Werther à Robin Williams, des cas emblématiques

De nombreux cas à travers l’histoire ont révélé l‘existence d’une influence des contenus médiatiques sur le taux de suicide. L’un des plus emblématiques en Europe est celui du roman de Goethe, Les souffrances du jeune Werther , dont le jeune héros se suicide après une déception amoureuse. Sa publication en 1774 a entrainé une forte augmentation des suicides en Allemagne. Au Japon, ce même phénomène s’est produit en lien avec les pièces de théâtre Kabuki, qui mettent souvent en scène des suicides de couple.

Au cours des dernières décennies, la médiatisation des suicides de célébrités a souvent été associée avec une hausse des suicides.

Dans le mois qui a suivi le suicide de Marilyn Monroe, très médiatisé, les suicides ont augmenté de 12% aux Etats-Unis. Plus récemment, celui de l’acteur Robin Williams a provoqué une hausse de près de 10% par rapport à la normale (1). Les études estiment que la médiatisation d’un cas de suicide entraîne en moyenne une augmentation des suicides de 2,5%.

Lire la suite du post sur le Blog Le Temps de Lisa Dubin (Journaliste et Membre du comité de l'association suisse romande STOP SUICIDE).