Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Témoignage : J’ai utilisé ma schizophrénie pour devenir une artiste professionnelle

Témoignage : J’ai utilisé ma schizophrénie pour devenir une artiste professionnelle

le 25 avril 2016

[The Creators Project] Tout au long de sa longue et prolifique carrière comme artiste plurimédia, Linda Carmella Sibio a lutté pour garder toute sa tête. Mais quand elle s’est retrouvée à avaler 43 médocs différents pour soigner sa schizophrénie, elle a décidé de tout plaquer, chiens et chats compris, et de partir s’installer dans le désert de Mojave, vers Los Angeles, plutôt que de finir en hôpital psychiatrique. C’était il y a 20 ans, et depuis, Sibio n’a pas regardé en arrière une seule fois.

Née et élevée en West Virginia, Sibio a obtenu sa licence de peinture à l’université de Ohio à Athènes et a étudié l’histoire de l’art et la sculpture à L’École des Beaux Arts de Lucca, en Italie. Elle travaille comme peintre professionnelle et artiste plurimédia depuis 1975, soutenue par de nombreuses bourses et institutions. Comme elle transforme une toile blanche en œuvre d’art torturée et souvent provocante, Sibio a transformé sa maladie en sujet de création et, dans un sens, en outil artistique.

Sibio dit avoir eu son éducation dans les bus de Greyhound, de la bouche des habitants de Bowery et dans les halls sombres de l’asile où sa mère était internée avant de se suicider. « Mes profs étaient la schizophrénie, la psychose, le démembrement et la fragmentation », dit-elle. « Je vis parmi les fantômes de ma vie dans un temps fait de déchets. »

En plus d’être artiste, Sibio a enseigné, entre 1985 et 2008, aux personnes touchées par des maladies mentales, ce qui lui a ouvert une nouvelle approche de l’art qu’elle surnomme « Le principe d’insanité ». Cette approche comprend d’utiliser les symptômes de problèmes mentaux comme catalyseur d’un « voyage primitif » qui permet à ceux qui la pratique de s’intégrer, dans un sens, dans la société.

Source The Creators Project