Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Témoignage : L'ogre et l'ours. Je suis infirme d’une infirmité qui ne se voit pas - l’anxiété

Témoignage : L'ogre et l'ours. Je suis infirme d’une infirmité qui ne se voit pas - l’anxiété

le 7 février 2016

[La Presse] Il y a quelqu’un sur ma tête de lit… Je ne le vois pas, mais il est bien là, juste au-dessus de mon oreiller, toisant sa victime, salivant. Dès que je lève les paupières, mon corps devient alors sa pâture, son terrain de jeu :  je me mets à trembler, mon cœur palpite, je me retourne dans tous les sens comme un ver de terre qu’on aurait coupé en huit.

Cette torture matinale est mon pain quotidien ; elle dure une heure ou deux. J’ai souvent le goût de mourir. Mais il faut bien se lever… Peut-être que ça ira mieux.

Source La Presse