Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Algérie : Consulter un psychiatre reste un tabou en Algérie

Algérie : Consulter un psychiatre reste un tabou en Algérie

le 30 janvier 2015

[El Watan] «Ce n’est pas la dépression qui est un tabou. C’est aller voir un psychiatre qui l’est, parce que consulter ce dernier est synonyme de folie», explique Mahmoud Boudarène, psychiatre.

Les personnes souffrant de dépression nerveuse iront plus volontiers voir le psychologue ou un imam. «Pour autant, plaide Dr Boudarène,  la dépression est une vraie maladie mentale - ce n’est pas une folie, il faut le souligner - qui a des répercussions familiales, professionnelles et qui a, dans bien des cas, un coût social élevé. Elle nécessite des soins appropriés pour vite en sortir.

Ceci dit, le psychothérapeute est dans son rôle, il agit en collaboration avec le médecin psychiatre pour mettre au point le projet thérapeutique». Le recours aux soins traditionnels tient une place non négligeable dans notre société, souligne l’expert. «Le recours aux talebs, dit-il, a été supplanté par celui aux rakis. Dans la détresse, certains sujets préfèrent en effet s’en remettre à la religion, à Dieu, plutôt qu’à la médecine. Cela ne marche pas toujours, en tout cas pas dans les dépressions avérées, encore moins dans les pathologies mentales graves.

Source El Watan