Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Maroc : L'application des mesures coercitives en psychiatrie

Maroc : L'application des mesures coercitives en psychiatrie

le 21 janvier 2015

[Infirmiers.com] En mai 2014, Abdelmalek Ouladchaikh, Rachid Ben Issa, Abderrahim El Attar, Mohammed Douasse et Abdelilah Mahyou, étudiants infirmiers au sein de l'Institut de Formation aux Carrières de Santé de Tétouan (Maroc) ont soutenu avec succès leur mémoire de fin d'études sur le thème « Les facteurs influençant la relation soignant-soigné lors de l’application des mesures coercitives à l’hôpital psychiatrique Erazzi de Tétouan ». 

Abdelmalek, Rachid, Abderrahim, Mohammed et Abdelilah débutent ainsi leur travail de recherche : « Depuis de nombreuses années déjà, la profession infirmière a fait de la relation avec le patient un élément central des soins. Personne, aujourd’hui, ne peut plus contester l’importance de l’attitude relationnelle des soignants dans les activités de soin. Néanmoins, on entend souvent dire que les infirmiers ne passent pas suffisamment de temps relationnel auprès des patients. Cette situation engendre un discours moralisateur qui a comme finalité de mettre le personnel mal à l’aise, voire de le culpabiliser. L’acquisition des attitudes relationnelles requises pour tous les événements de soins se construit par l’expérience. La relation perd tout son sens si elle limite l’infirmier(e) à un confident, incapable de se situer dans la relation de soins, sans maîtrise sur ses finalités. Ces qualités humaines doivent être optimisées par un réel savoir professionnel centré sur les soins et qui englobe les différents types de relations les plus souvent rencontrés dans la relation soignant – soigné.

Source Infirmiers.com