Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Palestine : Psychiatrie sous occupation

Palestine : Psychiatrie sous occupation

le 24 août 2018

Recueil de chroniques publié en mars dernier, "Derrière les fronts" est le premier livre de la psychiatre et écrivaine palestinienne Samah Jabr. Elle analyse le traumatisme transgénérationnel qui marque la mémoire collective palestinienne et témoigne pour que les souffrances subies ne tombent pas dans le silence en consumant le souffle de la résistance.

Publié en mars 2018 par Premiers matins de novembre (PMNéditions) en coédition avec Hybrid Pulse, en même temps que la sortie du documentaire homonyme d’Alexandra Dols Derrière les fronts. Chroniques d’une psychiatre psychothérapeute palestinienne sous occupation  est le premier livre de Samah Jabr. Elle écrit pourtant depuis longtemps, dès la fin des années 1990, essentiellement dans des journaux anglophones comme The Washington Report on Middle East Affairs, Middle East Monitor, The New Internationalist … sous cette forme de billets qui sont ici rassemblés depuis 2003 jusqu’à aujourd’hui. Écriture à vif, réaction aux déflagrations qui rythment le quotidien en Palestine occupée, mais aussi recueil de témoignages, mise en forme de récits de vie, analyse de la complexité et des imbrications entre vie personnelle et politique. Écriture précise, ciselée, enracinée dans des convictions et son expérience de terrain. Écriture de l’urgence, entre ses activités considérables de soignante.

Diplômée de l’université Al Quds à Jérusalem, des universités Paris VI et Paris VII et de l’Institut israélien de psychothérapie psychanalytique, Samah Jabr est directrice de l’unité de santé mentale en Cisjordanie occupée, et responsable des services de santé mentale pour l’ensemble de la région. Elle enseigne et forme des professionnels palestiniens et internationaux et intervient auprès de prisonniers. « Il y a seulement une trentaine de psychologues et psychiatres pour toute la population de la Cisjordanie et de la bande de Gaza »,  explique-t-elle. Tout un programme, qui en dit long sur l’ampleur de la tâche.

Lire la suite sur Orient XXI